Structuration de la formation continue

Centres de compétences

L’objectif principal des Centres de Compétences consiste à encourager la formation professionnelle continue des artisans du secteur de la construction principalement dans le domaine de la construction et rénovation d’habitations à haute performance énergétique.

Si vous souhaitez obtenir plus d’informations à ce sujet, veuillez consulter les informations ci-dessous.

Référentiels de compétences

Le modèle pédagogique retenu pour les Centres de compétences est basé sur la logique des référentiels de compétences. Pour chaque métier concerné, un référentiel de compétences est élaboré dans lequel chaque compétence se définit par ce que l’apprenant sait, comprend et est capable de réaliser au terme d’un processus d’apprentissage (connaissances, aptitudes et attitudes).

Si vous souhaitez obtenir plus d’informations à ce sujet, veuillez consulter les informations ci-dessous.

Sommaire

Les centres de compétences

Les objectifs  

Les Centres de compétences poursuivent un triple objectif :

  • instaurer un système de formation professionnelle continue sectorielle cohérent et intégré,
  • assurer une veille technologique sectorielle,
  • investir dans l’économie solidaire.  

Le système de formation proposé s’adresse aux salariés(e)s des entreprises artisanales et englobe la formation sectorielle de base, de perfectionnement et de spécialisation de haut niveau.

Modalités de financement

Pour assurer le financement des Centres de compétences, les entreprises des secteurs du génie technique du bâtiment et du parachèvement investiront annuellement 0,5% de leur masse salariale dans des mesures de formation professionnelle au profit de leurs salariés(e)s.

Afin de généraliser ce principe de financement mutualisé de la formation du secteur artisanal, la Fédération des Artisans a signé avec les syndicats représentatifs OGBL et LCGB un accord interprofessionnel qui permet d’instaurer et de financer le système de formation professionnelle sectorielle du secteur de l’artisanat de manière durable.

Partenariat  

Les Centres sont portés par les fédérations du secteur du génie technique du bâtiment  

  • Fédération des Installateurs en Équipements Sanitaires et Climatiques  
  • Association des Patrons Electriciens  
  • Fédération des Intégrateurs
  • Fédération luxembourgeoise des Ascensoristes  

et par les fédérations du secteur du parachèvement

  • Association des Patrons Menuisiers
  • Fédération des Entreprises de Carrelages
  • Holzbau
  • Fédération des Maîtres Couvreurs
  • Fédération des Maîtres Ferblantiers et Calorifugeurs
  • Fédération des Maîtres Marbriers
  • Sculpteurs et Tailleurs de Pierres
  • Fédération des Patrons Peintres et Vitriers
  • Fédération des Patrons Plafonneurs et Façadiers
  • Fédération des Entreprises des Métiers du Métal  

Modalités de fonctionnement  

Chaque année, les Centres de compétences effectueront une analyse approfondie des besoins en matière de formation auprès des entreprises des secteurs du génie technique du bâtiment et du parachèvement. 
Cette analyse des besoins aboutira à un plan de formation sectoriel détaillé qui sera approuvé par les fédérations ainsi que par la Commission de Gouvernance des Centres de Compétences.
Sa mise en œuvre sera assurée par les collaboratrices et les collaborateurs des Centres de compétences, en collaboration avec des spécialistes externes. 

Extension du modèle  

Le modèle des Centres de compétences ne se limitera pas aux seules professions artisanales du génie technique du bâtiment et du parachèvement, mais pourra être étendu à d’autres métiers ou secteurs.
Il est également prévu de créer une institution de formation d’un niveau académique. (CEC5-7) suivant le modèle allemand des « Fachhochschulen » afin d’assurer une formation technique et technologique de haut niveau.

Système de formation professionnelle continue  

Le système de formation proposé s’adresse aux salariés(e)s des entreprises artisanales et englobe la formation sectorielle de base, de perfectionnement et de spécialisation de haut niveau.
La structuration de ce système respecte le Cadre européen des Certifications (CEC) et permet une progression continue des salariés(e)s tout au long de leur carrière,  c’est-à-dire du niveau de base (CEC 1) jusqu’à la maîtrise de connaissances et de compétences avancées et spécialisées (CEC 5).
Axées sur une triade connaissances-compétences attitudes, les formations prévues sont basées sur des référentiels de compétences et concernent une trentaine de métiers des domaines du génie technique du bâtiment et du parachèvement.

Économie solidaire  

La dimension solidaire consiste à renforcer l’intégration professionnelle des personnes exclues du marché du travail ou des jeunes attirés par l’artisanat. À ce niveau, une collaboration étroite avec l’ADEM et d’autres acteurs de l’économie solidaire est de mise.

Veille technologique  

Le volet de la veille technologique sectorielle ne se limite pas à l’analyse des tendances et à la diffusion de connaissances innovantes, mais intègre aussi les outils pour implémenter les évolutions techniques et technologiques les plus avancées dans les entreprises artisanales du pays.

Sommaire

Les référentiels des compétences

Le cadre de certifications développé en co-création avec les membres de la FDA, est basé sur un système tridimensionnel de connaissances et de compétences et est structuré à la fois de manière horizontale et verticale. 

Le niveau horizontal représente le niveau d’expertise que la personne peut atteindre dans chaque compétence verticale. Horizontalement, la structure de ce système est conforme au Cadre Européen des Certifications (CEC) et permet aux employés une progression continue tout au long de leurs carrières, c’est-à-dire du niveau de base (CEC 1) jusqu’à la maîtrise des connaissances et des compétences de pointe et spécialisées (CEC 5-7). Le découpage commence par exemple au CEC 1, qui inclut le niveau de qualification nationale NQ1-NQ4 et SQ1-SQ4. Le découpage progresse jusqu’au CEC 5 qui est l’équivalent d’un artisan hautement qualifié. 

Au niveau vertical, des différences ont été faites entre les compétences spécialisées, les compétences futures et les compétences transversales. Les compétences transversales peuvent être considérées comme des compétences qui ont été ou devraient être apprises également par d’autres métiers. Les compétences futures liées à « l’efficacité énergétique » ont été soulignées. Celles-ci sont liées aux compétences qui seront requises dans le futur pour construire des logements à haut rendement énergétique. Les compétences spécifiques sont liées à des connaissances spécifiques ou à des compétences requises pour un corps de métier particulier. Ces compétences sont souvent liées à des technologies ou à des techniques spécifiques. 

Ce système représente un cadre structuré et cohérent pour l’employeur, tout en donnant accès à un plus grand nombre d’opportunités de mobilité verticale et horizontale aux employés. La partie relative aux innovations n’est pas limitée à l’analyse des tendances ou à la diffusion de connaissances innovantes. Elle intègre également des outils pour mettre en œuvre les développements techniques et technologiques de pointe dans les entreprises artisanales du pays.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies nous permettant d’obtenir des statistiques de visite. En savoir plus