Toutes les réponses à vos questions.

Vous êtes


Préjugé 9 : les murs extérieurs isolés se couvrent d’algues

Il est vrai que sur des murs isolés, la couche de crépi extérieure présente une température plus basse et ralentit le séchage de l’eau de pluie et de l’eau condensée. Néanmoins, pour déterminer l’origine du développement de micro-organismes, différents facteurs sont à prendre en considération : les intempéries, l’orientation, la proximité d’arbres ou de buissons et l’absence de protection fournie par des éléments de construction saillants. Lors de la conception du logement il est donc nécessaire de penser à certaines adaptations pour réduire les possibilités de pollution verte de la façade. Les débords de toit et rebords de fenêtre ainsi que les zones de soubassement protègent les façades des précipitations et des projections d’eau. Ainsi, l'humidité ne pénètre pas la surface du bâtiment et le risque de prolifération de champignons ou d'algues est réduit.

Il faudra également penser aux matériaux utilisés lors de la construction. Les matériaux isolants à haute densité tels que la fibre de bois, la cellulose ou le chanvre accumulent mieux la chaleur. La façade refroidit plus lentement et la formation de condensation à la surface de l'enduit est limitée. Le risque de prolifération de champignons ou d'algues est ainsi réduit.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies nous permettant d’obtenir des statistiques de visite. En savoir plus